vendredi 21 septembre 2012

Un jeune éditeur de 100 ans



     Question cruciale et poignante : existe-t-il un autre absolu que la littérature ? On peut errer des années, des décennies, des vies entières sans apercevoir l'ombre d'un indice. Cela n'empêche pas de rester patient. "Oh ouais ! J'ai beaucoup de temps encore !" : pimpante conclusion d'une petite interview d'un grand éditeur. Quidoncques ? Maurice Nadeau, qui nous a révélé, zà nous Gaulois endormis, Henry Miller, Witold Gombrowicz, Walter Benjamin, George Perec, mais aussi des textes du marquis de Sade qui restaient épinglés par la censure, ou le premier roman d'un certain Houellebecq (ce qui ne constitue pas forcément la plus grande fierté de notre jeunot). Maurice anime toujours un bimensuel de qualité : La Quinzaine littéraire ( exemplaires pdf ici ). Il dirige toujours, aujourd'hui, la maison d'édition Les Lettres nouvelles. Maurice est un trésor national vivant, comme on dit au Japon (ne lui répétez pas cela, sa modestie ne le supporterait pas). Foin de blablas, délectez-vous de ce petit film, chères âmes passantes sur mon nulle-part.
 
 
 
 
 
 
 

2 commentaires:

  1. Ouai mais 'l'en a plus pour longtemps !

    RépondreSupprimer
  2. Arf, on passe de la littérature aux statistiques ?

    RépondreSupprimer

Qu'enfin quelqu'un me quelque parte :